RETOUR SUR LE FESTIVAL “TINY LIVING FESTIVAL” AUTOUR DE L’HABITAT MINIMALISTE ET ALTERNATIF

RETOUR SUR LE FESTIVAL “TINY LIVING FESTIVAL” AUTOUR DE L’HABITAT MINIMALISTE ET ALTERNATIF

Tiny House colorée d’un exposant lors du festival Tiny Living

Nos 1ères impressions

La 1ère édition du “Tiny Living Festival” qui a eu lieu du 29 Août au 1er Septembre 2019 dans la région du Wendland (Allemagne) a été un évènement qui a connu un vrai succès.

Nous vous partageons ici notre retour et nos impressions après 3 jours de visites sur ce festival.

Pour commencer, le lieu choisi, son cadre et le décor fixe tout de suite une ambiance chaleureuse à notre arrivée. L’évènement eu lieu en milieu rural, à proximité d’un vieux corps de ferme aménagé pour l’occasion entre bois et champs, procurant une sensation de bienvenue et décontractée perceptible sur le visage des participants. A cela viennent s’ajouter les stands de plats à partir d’aliments locaux et biologiques, de boissons à base de spiruline, et les concerts le soir participant d’autant plus à l’ambiance chaleureuse et bon esprit.

Les tiny houses, stars du festival
Quelques exposants

Les organisateurs ont clairement pris soin que ce festival regroupe un maximum de types d’habitats et solutions alternatives et respectueuses de l’environnement. La liste est trop longue pour être présentée de manière exhaustive mais néanmoins en voici un aperçu :

  • tiny houses,
  • maisons conteneur utilisant des algues comme isolant,
  • roulottes,
  • maisons démontables,
  • ateliers de DIY (do it yourself),
  • conférence sur les earthships,
  • douches à recyclage,
  • production mobile de biogaz,
  • yourtes,
  • expositions de matériaux de construction naturels,
  • etc.

L’habitat minimaliste, une solution qui séduit

Sur les emplacements du camping mis à disposition à cet effet, de nombreux fourgons aménagés, caravanes et autres types d’habitats légers se mélangent avec les tentes dans une ambiance décontractée et chaleureuse.

Nos voisins nous expliquent les raisons de leur présence ici : s’inspirer de solutions afin d’être capables de vivre en réduisant les factures liées à leur habitat tout en limitant leur empreinte environnementale. Leur objectif à terme est clair, il est de pouvoir se libérer plus de temps libre pour profiter de leur famille et vivre plus paisiblement.

Après de nombreuses prises de température et de témoignages auprès d’autres visiteurs, il en vient que les différents avis et besoins semblent se résumer au suivant :

Vivre dans une maison autonome en eau et en énergie qui soit économique et écologique (l’aspect mobile séduisant une partie des sondés uniquement)

Accepter de réduire son espace de vie et ainsi la taille de son habitat est un prérequis à la réduction des factures et de l’empreinte écologique. L’effet est mécanique et immédiat, moins de surface à chauffer, moins de matériaux pour construire sa maison, coûts de maintenance réduite, et cela nombreux sont ceux et celles qui l’ont compris à ce festival. L’adoption d’un habitat minimaliste est une prise de conscience bien comprise à ce festival et qui semble en tout cas bien prometteuse !

Dans tous les cas, nous observons que les échanges entre conférenciers, exposants et visiteurs sont nombreux et attentifs. Des visiteurs viennent en curieux, d’autres en ayant déjà un projet avancé, les parkings, campings et stands sont pleins, la thématique semble bien séduire pour les possibilités qu’elles offrent.

Atelier sur la construction et l’isolation de maisons container

Prochaine étape, mettre en commun les ressources ?

Le plus surprenant pour a été que surgisse aussi rapidement le thème de la mise en commun à plusieurs et le partage des ressources. Certes, le festival comprenait 1 ou 2 conférences sur la création d’éco-villages et d’espace communautaires mais sur l’ensemble des presque 60 conférences cela représente assez peu.

Ce thème est pourtant revenu très souvent dans la bouche de mes interlocuteurs comme la “suite logique”, la prochaine étape après avoir construit ou acquit la brique essentielle que représente le toit. Nous observons de nombreuses initiatives identiques en France, et notamment la création de la carte des Oasis du mouvement Colibri. L’ambition reste la même, revenir à une vie plus simple, plus frugale, plus humaine et … plus heureuse. Une option qui a le mérite de séduire.

La mise en commun de ressources telles que des outils, un hangar, un potager, etc. assure une certaine résilience, sécurité et frugalité tout en allégeant les charges de chacun. Se développent alors des mécanismes d’entraide, ainsi qu’un écosystème local, qui génèrent de la cohésion sociale et une vie plus en accord avec l’environnement et les besoins de chacun. Un travail sur soi est cependant nécessaire pour assurer la cohabitation sur plusieurs années.

Et pour susciter l’envie de participer à ce Festival cette année, voici quelques photos de l’édition 2019, en complément du lien pour s’inscrire à la prochaine édition : Tiny Living Festival.